Un blog Travellerspoint

KHAO YAI JUNGLE - THAILAND

"Le chant des gibbons"

semi-overcast -30 °C

Khao_Yai.jpg


TO SEE MY WORK CLICK HERE
large_Khao_Yai_T..1_5__1_.jpg
Mikael Lacombe le responsable logistique du reportage a prit de l'avance, il m'a laissé me reposer (J'ai de la fièvre) dans la chambre ou nous avons passé la nuit à Pak Chong. Il a quitté aux aurores. Il m'a laissé un mot : nous nous retrouverons au camp de base du parc national de Khao Yai. J'emprunte un de ces bus local qui ne ferment pas vous avalent par l'arrière. En son sein les braves du coin. Parfois on jette un coup de mirettes à mon bardât avec une certaine interrogation furtive, mais sans agressivité. Distraction de la journée pour certain. Moins d'une heure plus tard me voici catapulté a l'entrée du parc national de Khao Yai. Le bus fait demi-tour.
large_Khao_Yai_Tha_2011_4.jpg

...me voici catapulté à l'entrée du parc national de Khao Yai.

Les thaïlandais ont le sens des affaires, je dois m'acquitter de 400 Baths (Moins de 10Euro), droit de passage, mais qui permettra tout de même de bénéficier de la protection des rangers locaux en cas de nécessité. Le parc s'étend sur 2 185,40 km2 et 80 km sur sa longueur est/ouest. Il abrite de nombreuses espèces dont pas loin de 70 mammifères, tel que éléphant, cerf, ours, cochon sauvage (Uik uik), mais aussi tigres, macaques et le facétieux gibbons a mains blanches le ''Lar'' reconnaissable par ses chants hypnotisants. Parmi les espèces rampantes à faire frémir la ménagère citons le scorpion, les araignées (variées) et le redouté...Cobra Royal, une des rares espèces de serpent à s'attaquer à l'homme, mais je reste convaincu que les attaques sont rares et n'adviennent pas sans raison. A nous de desceller les signes avant coureur d'une l'attaque. Le mieux en cas de confrontation avec l'animal étant de partir sans geste brusque et SANS JAMAIS TOURNER LE DOS (Signe de faiblesse). Le principe de garder ses distances prime.

large_Khao_Yai_Tha_2011_3.jpg

Après avoir quitté Pak Chong, je m'apprête à rejoindre l'entrée de la jungle de Khao Yai. Beaucoup de gens sont morts dévorés vivant par Seigneur Tigre. Rire

large_Khao_Yai_Tha_2011_8.jpg

Même les chiens de la jungle recherche ombrage. Celui là n'a pas peur de se faire rouler dessus...

large_Khao_Yai_Tha_2011_48.jpg

Je saute dans le premier pick-up qui passe...avalé par l'enfer vert...

large_Khao_Yai_T..1_3__1_.jpg

large_Khao_Yai_Tha_2011_16.jpg
Donc me voila a pied avec mon bardât après avoir franchi l'entrée du parc. Je fais de l'auto-stop et rapidement un 4X4 s'arrête a ma hauteur pour me faire embarquer. Un couple d'espagnols. Nous roulons au travers les méandres de la jungle et progressivement nous nous élevons autant que nous nous enfonçons dans le parc. Déjà j'aperçois la luxuriante foret, véritable massif végétal qui épanche sa verte toison aussi loin que mon imagination. 15 km plus loin nous arrivons au centre logistique du parc avec ses services (toilettes, hébergements sommaires, cafeteria, location de scooter, etc). J'ai loué pour la nuit un petit baraquement. 2 kilomètres symboliques a parcourir en longeant la foret afin de m'y rendre. A mi-parcourt j'entraperçois Mikael Lacombe dans le coffre d'un pick-up. Nos routes se retrouvent toujours de manière providentielle. Il descend. Nos sourires fusionnent. On se donne rendez vous a une réserve d'eau, le temps que je dépose mon sac. Le soir nous nous retrouvons au centre logistique. Nous échangeons un peu et nous partons chacun nous coucher dans nos baraquements. Il me faut marcher de nuit sur 2 Km. Pas très rassuré quand on sait le genre de créatures qu'abrite la foret. Mais bon, ca reste une formalité pédestre. Un peu différente de mes précédentes expériences. La pluie encore fait son apparition. C'est fréquent en Asie, et les gens vivent au rythme des déluges du ciel. La nuit, mes sens sont en éveils, et au fond de mon petit lotissement, au milieu de tout ces petits peuples et de leurs chants entrecroisés, je me sens vraiment vraiment insignifiant. Pourtant je ne suis pas en danger. Je suis parti avec ma bite et mon couteau comme on dit et je prend la ma seconde leçon d'humilité après l'épisode de la boxe thaï. Ou ''leçon d'humidité'' a vous de voir. La ou je pensais etre enchanté, cette nuit la je me sens triste et un peu appeuré. Bribes et réminiscences de mon cerveau reptilien, peur de l'inconnu. Je ne contrôle rien, je suis au cœur de la Grande Foret de mon esprit. Petit a petit je me sens habité d'une nouvelle étrangeté : l'esprit de la foret qui s'invite en mon cœur...Au matin nous nous retrouvons tous au centre logistique et après avoir avalée la mixture épicée locale a base de riz, de légume et de viande nous reprenons la marche le long de la route, véritable épine dorsale du parc, et ou il n'est pas rare de croiser la route des pachydermes ou d'une tribu de singes, plus fréquente elle. Il y a même un panneau ''Attention traversée de cobras royaux''. Je me demande si ca croustille sous la dent ce truc la. Un pick up nous prend et nous abandonne au cœur du parc. Nous atteignons un point d'observation. Nous quittons le chemin afin de couper un jeune arbre pour nous improviser un bâton de marche capable de repousser les indésirables. C'est interdit, mais comme nous n'avons pas de guide nous prenons tout de même quelques précautions. Je peine a couper tout cela avec mon petit schlass de survie, mais avec la bonne technique et au terme d'un effort de 20min a cuire sous un soleil impitoyable nous avons notre ''bâton de marche''. Nous repartons sur la route en chemin inverse. Nous trouvons encore embarque cheveux au vent a l'arrière d'un Pick-Up. Gentiment le conducteur un local, fait le détour afin de nous emmener a un des points culminants, qui offre un panorama très convoité, récompensant le voyageur qui s'est rendu jusque la.
Khao_Yai_Tha_2011_85.jpg
Khao_Yai_Tha_2011_81.jpgKhao_Yai_Tha_2011_75.jpg

Je croise deux abrutis (encore des occidentaux)qui se prennent pour Thor le Dieu de la foudre...

Nous voila déposé en bord de route pas loin du sommet. Nous nous enfonçons dans la jungle au milieu de travailleurs dont la tache consiste a poser des planches en bois et un ponton dans le but de constituer une plateforme surélevée qui permet de circuler dans la foret entre la route et un point de vue panoramique de la vallée. En quelque sorte un lego géant inachevé et égrené de...trous. Explications : il manque une planche sur deux et celles déjà en place ne sont pas fixées. En somme il se présente 3 possibilités pour le marcheur averti. Mettre son pied dans un trou et se le faire happer par un serpent constrictor, faire glisser une planche, se ramasser par terre et s'exploser la nuque ou...faire attention. Mikaël me suit dans cette épreuve d'Interville version asiatique. Good good good ! Le ponton en bois débouche sur une falaise. En bas la coiffe de la sylve prêt à amortir notre chute. Je confirme, le panorama est grandiose. Nous sommes des rapaces contemplant ce territoire nubile et démesuré qu'il semble se suffire à lui même. Oui c'est un fait, il se suffit à lui même depuis la nuit des temps. Après avoir regagné la route laissée derrière nous plus haut, nous poursuivons à pied jusqu'au sommet ou nous attend un autre point de vue et une...base militaire, probablement impliqué dans le contrôle aérien du pays. Les militaires nous reçoivent avec la convivialité martiale de rigueur ici...le M16 et le sourire en coin ! C'est aussi ca la Thaïlande : un sourire ! Il n'y a quasiment aucune voiture pour nous déposer en bas, donc nous profitons de la sortie de la base d'un véhicule de ravitaillement pour nous échapper avec lui. Mikael monte devant. J'escalade le cul du camion, il demare alors que je suis encore a l'extérieur. J'ai juste le temps de me jeter dedans. La descente est sportive, balloté comme un carton...vide. Tout à coup BAM après être passé sur un nid de poule une barre en fer se fracasse sur le sol. Vous voyez l'ambiance. J'ai le cul et les genoux coloré de rouilles. Chaque nid de poule rencontré est un délicieux supplice. Ça ressemble à une descente en rafting mais sans casque et sans flotte. Une demi-heure de ce traitement me plonge dans une humeur joyeuse pour la journée. Nous regagnons le centre logistique du parc, et de la nous empruntons un sentier qui nous aspire dans la jungle. Nous enjambons rivières et marécage. Il y a un ballet incessant de sangsues véritable ''pénis sur patte'' attendant la moindre occasion de se fixer pour s'abreuver de notre sang. Ces curieux invertébrés passent même à travers nos chaussettes ! Je crois apercevoir un serpent mais c'est un morceau de liane désarticulée qui effraye le naïf de passage. Ensuite nous reprenons la route à pied afin de nous rendre à une de ces ''watching towers'', tour en bois ressemblant aux tours d'assaut improvisées du moyen-age.
large_Khao_Yai_T.._50__1_.jpg

Tour de guet de laquelle nous avons infiniment plus de chance d'observer les habitants des lieux sans les alerter de notre présence...

large_Khao_Yai_Tha_2011_49.jpg
large_Khao_Yai_Tha_2011_47.jpg
Le coin est dégagé et très beau. Nous n'aurons pas la chance de voir un animal dans le point d'eau plus bas. La nuit tombe de bonne heure. Il est presque 18h il faut partir : la nuit nous devenons totalement étranger à ce royaume tropicale et donc indésirables. C'est le moment ou les prédateurs se mettent en mouvement. Sur la route nous découvrons un scorpion...ou ce qu'il en reste : le malheureux a été aplati par une voiture puis séché par le soleil de plomb sans autre forme de procès de son imprudence. Je rencontre un petit lézard qui s'immobilise sur la ligne blanche. Je reste 5min à le photographier sous tous les angles, rapprochant petit a petit mon objectif de sa présence. Il ne réagit toujours pas persuadé de son invisibilité.

large_4Khao_Yai_T..rsion_2.jpg
large_Khao_Yai_Tha_2011_66.jpg

Cette charmante créature est persuadée de son invisibilité. M'offrant son invisibilité pendant de longues minutes, nous nous observons mutuellement et je me rapproche jusqu'à obtenir ce beau...portrait !

large_Khao_Yai_Tha_2011_68.jpg

Un touriste Thaïlandais s'arrête en voiture et s'étonne de me trouver allonger par terre, finit par comprendre ce qui se trame, se prendre lui même au jeu et capturer la bestiole en image...

large_Khao_Yai_Tha_2011_59.jpg

La jungle est un monde dans le monde habitée d'une vitalité extraordinaire.

large_Khao_Yai_Tha_2011_55.jpg

...des paysages...à couper le souffle dans une lumière de fin du monde.

large_Khao_Yai_Tha_2011_50.jpg

Les fourmis rouges sont sur leur domaine...

large_Khao_Yai_Tha_2011_52.jpg

...garre à l'imprudent qui poserait ses fesses trop longtemps au mauvais endroit !

large_Khao_Yai_Tha_2011_51.jpg

Parfois j'imagine Seigneur Tigre faire frissonner les tiges hautes à son passage, et j'en frisonne tout autant...

large_Khao_Yai_Tha_2011_46.jpg

Parfois un Pick-up nous propulse un peu plus loin dans l'inconnu. L'occasion de petits moments de répit cheveux au vent.

large_4Khao_Yai_Tha_2011_41.jpg

large_Khao_Yai_Tha_2011_32.jpg

En Thaïlande même les prolo nous livrent un large sourire...contraste saisissant avec notre terne Europe. Ca peut se comprendre...ils ont une meilleur qualité de vie !

large_Khao_Yai_Tha_2011_28.jpg

Cette fois ci j'ai atteint mon but...me fondre dans l'immensité végétale...mais gare à ne pas rester longtemps trop statique les sangsues ont vite fait de nous grimper dessus...

large_Khao_Yai_Tha_2011_31.jpg

Les buveuses de sang je les scalpe au schlass...

large_Khao_Yai_Tha_2011_22.jpglarge_Khao_Yai_Tha_2011_21.jpglarge_Khao_Yai_Tha_2011_18.jpglarge_Khao_Yai_Tha_2011_17.jpg

La jungle reste un endroit hostile ou il ne vaut mieux pas piquer une tête n'importe ou...

large_Khao_Yai_Tha_2011_15.jpg

Ma biiiiiiiiiiiiiiiiiiche ;) Plusieurs longues minutes aux aguets me récompense de mon attente.

large_Khao_Yai_Tha_2011_95.jpg

Après avoir grimpé à pied jusqu'à une base aérienne de l'armée thaïlandaise au point culminant de la jungle, je m'y en échappe par un camion de l'armée qui quitte la base après son ravitaillement...

large_Khao_Yai_Tha_2011_99.jpg

...mais c'était sans compter les nids de poule et les suspensions quasi-fantomatiques ! Une barre en metal mal arrimée tombe à un bras de moi dans un fracas retentissant. J'aurais dormi longtemps si elle n'avait pas manqué son coup...

large_3Khao_Yai_Tha_2011_38.jpg

"...Plus tard un pick-up me déposera a la sortie du parc."

La nuit est tombée tel un couperet. Il nous faut regagner nos ''huttes''.Le lendemain matin je me sens faible, malgré les heures de sommeil, je n'ai pas l'impression de récupérer. Un peu fiévreux, je me demande ce qu'il se passe véritablement au fond de mon corps. Nous devons nous enfoncer dans un profond tronçon de jungle. Je me sens suffisamment vaillant encore pour le faire, mais Mikael Lacombe me suggère de ne pas prendre part a la marche du jour. Je n'aimerais pas que mon état dégénère encore. Décision prise de m'extraire des bras de la foret, puis de faire une halte de qq jours dans un coin de campagne pour récupérer. Seul je me remet en marche en direction de l'entrée nord de la réserve. Aujourd'hui les Gibbons s'en donnent a cœur joie. Leur chants majestueux rebondissent au dessus de la canopée. échange de cris plein de vigueur et d'enthousiasme. Malgré leur présence omnisciente, il est difficile de les localiser. Le destin veut que la chance guida mes pas au pied d'un de ces arbres dans lequel évolue ces singes. J'en croise donc plusieurs. Ils sont très hauts et se déplacent seul. Celui que j'observe se balance avec une agilité déconcertante. Il est dans son habitat naturel, mais une chute de 30 m de haut lui serait fatale. Après avoir assisté a ce ballet sylvestre, je m'éloigne inexorablement de l'acrobate et de ses compagnons, tout distant les uns des autres de plusieurs centaines de mètres parfois. Plus loin je rencontre toute une famille de macaques sur le macadam de la route. J'ai un peu d'appréhension, mais ils ne semble aucunement dérangés par mon passage. Furtif j'en profite pour faire quelques clichés. Plus tard un pick-up me déposera a la sortie du parc. J'ai le cœur un peu lourd, mais j'ai le sentiment que je reviendrais de nouveaux a Khao Yai. J'ai bien fais de quitter le soir je suis désorienté et la fièvre me reprend. Ça ne va pas fort, mais le chant des Gibbons que j'ai gardé en moi me réconforte un peu.

Plus tard Mikaël me racontera avoir croisé quelques crocodiles placides et surpris un buffle qui, effrayé de tomber sur des indiscrets visiteurs avait galopé droit devant lui, emportant tout sur son passage avec la force de l'eau de la cascade...

large_Khao_Yai_Tha_2011_80.jpg

Les Sangsues m'auront laissé un souvenir marquant...sur mon pantalon.

TO SEE MY WORK CLICK HERE

Posté par Photo baroudeur 07:08 Archivé dans Thaïlande Tagué thailand jungle asia gibbon khao_yai ostro_n.quentin sangsue national_park_of_khao_yai

Envoyer cet articleFacebookStumbleUpon

Table des Matières

Commentaires

j'aurais du partir avec toi..... c'est vraiment le top quelle expérience! je me dois d'en faire une comme celle la au moins une fois dans ma vie.

par Miky

C'est vrai Miky il faut s'en donner les moyens et si au fond de toi l'appel de la forêt est plus forte alors vas-y fonce ;)

par Photo baroudeur

Les commentaires sur ce blog sont désormais fermés aux non-membres de Travellerspoint. Vous pouvez toujours laisser un commentaire si vous êtes un membre de Travellerspoint.

Entrez vos informations de connexion Travellerspoint ci-dessous

( Qu’est-ce que c’est ? )

Si vous n’êtes pas encore un membre de Travellerspoint, vous pouvez nous rejoindre gratuitement.

Rejoignez Travellerspoint